Karl Josef Silberbauer, qui a arrêter Anne Frank il y a 74 ans ?

Né le 21 juin 1911, Karl Josef Silberbauer  était un officier de police autrichien, membre des SS et enquêteur sous couverture pour le Service fédéral allemand des renseignements.  Affecté à Amsterdam pendant la Seconde Guerre mondiale. Pendant le conflit il a été promu au rang de Hauptscharführer(1). C’est lui qui a commandé le raid de la Gestapo sur l’ Annexe secrète et les arrestations d’ Anne Frank et ses sept ses compagnons fugitifs et leurs protecteurs gentils. Dans les années soixante Silberbauer est inspecteur à la police de Vienne.  

Le 4 août 1944, son supérieur, le sous-lieutenant SS Obersturmführer(2) Julius Dettmann, ordonne à Silberbauer d’enquêter sur une information indiquant que des Juifs étaient cachés dans les salles du 263 à Prinsengracht.Il emmène alors avec lui quelques policiers néerlandais. Ils interrogent  Victor Kugler à propos de l’entrée de la cachette.Miep Gies et Johannes Kleiman sont interrogés. Tandis que Kugler et Kleimann étaient arrêtés, Gies était autorisé à rester sur les lieux.Otto Frank et Karl Silberbauer ont tous deux été interrogés après la guerre sur les circonstances du raid, les deux décrivant la surprise de Silberbauer que ceux qui se cachaient étaient là depuis plus de deux ans.Frank se souvint que Silberbauer confisquait leurs objets de valeur et leur argent, emportant ces dépouilles dans la mallette d’Otto Frank, qu’il avait vidée sur le sol en éparpillant les papiers et les cahiers qui constituaient le journal d’ Anne Frank .

Peu après, leurs protecteurs, Otto Frank, Edith Frank-Holländer, Margot Frank, Anne Frank, Hermann van Pels , Auguste van Pels, Peter van Pels et Fritz Pfeffer ont été arrêtés et emmenés au siège de la Gestapo à Amsterdam.De là, les huit personnes qui se cachaient ont été envoyées au camp de transit de Westerbork, puis au camp de concentration d’Auschwitz.Margot Frank et Anne Frank sont rapidement transférées à Bergen-Belsen, où elles décèdent toute deux du typhus, trois semaines avant la libération du camp par les forces britanniques.Victor Kugler et Jo Kleiman ont été envoyés dans des camps de travail.Sur les dix, seuls Otto Frank, Kugler et Kleiman ont survécu.

En avril 1945, Silberbauer retourne à Vienne.  Il y purge une peine de quatorze mois de prison pour avoir utilisé une force excessive contre des membres du Parti communiste autrichien. Après sa libération, Silberbauer a été recruté par le Service fédéral allemand des renseignements(3).  A l’instar d’anciens nazis tel que Klaus Barbie, Silberbauer y passe dix ans en tant qu’agent d’infiltration. Peter-Ferdinand Koch, reporter au Der Spiegel, apprend ses activités d’après-guerre lorsqu’il enquête sur l’emploi par le BND d’anciens nazis. Silberbauer s’est infiltré dans des organisations néonazies et pro-soviétiques en Allemagne de l’Ouest et en Autriche.En effet, les  gestionnaires du BND croyaient, à juste titre, que l’ancienneté de Silberbauer dans la SS rendrait aveugles les néo-nazis.

Probablement en raison de la pression de la BND, Silberbauer a été réintégré par le Viennois Kriminalpolizei(4) en 1954,  soit quatre ans après la publication allemande du journal intime d’ Anne Frank.  Il est alors promu au rang d’ Inspektor.

Simon Wiesenthal, survivant de l’Holocauste et chasseur nazi, a commencé à chercher Silberbauer en 1958. Il est à ce moment-là défié par les négationnistes autrichiens de prouver que Anne Frank existait réellement. L’un négationniste de l’Holocauste a déclaré que si l’agent d’arrestation d’Anne Frank était retrouvé et l’avait reconnu, il changerait d’avis.

Dans le cadre de l’enquête menée par la police néerlandaise en 1948 sur le raid de l’Annexe secrète, le nom de Silberbauer avait été divulgué sous le nom de « Silvernagel. Des membres de police néerlandais qui avaient participé à la descente ont été identifiés par Miep Gies, qui a rappelé que son commandant avait un accent de Vienne de la classe ouvrière.Quant aux policiers hollandais, ils ont prétendu ne se souvenir que d’une forme erronée du nom de famille de leur supérieur.

Wiesenthal a envisagé de contacter le père d’Anne, Otto Frank. Mais voilà, le chasseur de nazis appris qu’Otto Frank s’exprimait en faveur du pardon et de la réconciliation.Otto Frank croyait également que la personne responsable de la dénonciation à la Gestapo, et non les officiers d’arrestation, avait la plus grande responsabilité.Wiesenthal, lui, était fermement déterminé à discréditer le mouvement croissant de négation de l’Holocauste et à poursuivre sa recherche de « Silvernagel ».À la fin du printemps 1963, après avoir écarté de nombreux Autrichiens aux noms similaires, Wiesenthal s’est vu prêter un annuaire téléphonique de la Gestapo en temps de guerre par des enquêteurs néerlandais.Au cours d’un vol de deux heures d’Amsterdam à Vienne, Wiesenthal a trouvé le nom « Silberbauer » comme joint à « Sektion IV B 4. »

Dès son arrivée à Vienne, Simon Wiesenthal a immédiatement téléphoné au Dr Josef Wiesinger, dont la mission étaitd’enquêter sur les crimes nazis pour le compte du ministère autrichien de l’intérieur.Ayant appris que Silberbauer était peut-être encore un policier, Wiesinger a insisté sur le fait qu’il y avait « au moins six hommes dans la police de Vienne » du même nom de famille et ont demandé une demande écrite.Le 2 juin 1963, Wiesenthal a présenté une demande détaillée, mais on lui a dit pendant des mois que la police de Vienne n’était pas encore prête à publier ses conclusions.  En réalité, la police de Vienne a identifié InspektorSilberbauer presque immédiatement.Lorsque Siberbauer a reconnu son rôle dans l’arrestation d’Anne Frank, le département avait été terrifié par la mauvaise presse qui résulterait de la divulgation de son passé.Par conséquent, la police de Vienne a suspendu sans solde M. Silberbauer du Kripo, lui a ordonné de « se taire » sur les raisons de sa suspension.Silberbauer, lui  a plutôt déploré sa suspension et en a expliqué les raisons à un collègue. Ce collègue, membre du Parti communiste autrichien, a immédiatement divulgué cette information au journal officiel du parti, qui l’a publié le 11 novembre 1963. Après que les Izvestia aient fait l’éloge du « travail de détective des camarades autrichiens », Wiesenthal a divulgué le discours de Silberbauer. aux médias néerlandais.Lorsque les journalistes sont tombés sur la maison de Silberbauer à Vienne, le policier a admis librement qu’il avait arrêté Anne Frank.

Interrogé sur le journal d’Anne Frank, Silberbauer a déclaré: « J’ai acheté le petit livre la semaine dernière pour voir si je suis dedans. Mais je ne le suis pas.« Après avoir été informé par un journaliste qu’il « aurait pu être le premier à le lire », Silberbauer a rigolé et a dit: « J’aurais peut-être dû le prendre par terre.« 

L’ancien Hauptscharführer Silberbauer se souvient de l’arrestation des habitants de l’Annexe.  Quand ce dernier demanda à Otto Frank combien de temps ils se cachaient, Frank répondit: « Deux ans et un mois ».Silberbauer était naturellement incrédule. Otto se lui montre alors  les marques faites sur le mur pour mesurer la taille d’Anne depuis leur arrivée dans l’annexe, ce qui montre qu’elle avait grandi même après la dernière marque.Silberbauer a dit qu’Anne « ressemblait aux photos dans les livres, mais un peu plus âgée et plus jolie. »Vous avez une fille adorable« , a dit l’ancien SS à M. Frank.Bien qu’il ait révélé ce qu’il savait, Silberbauer n’a pas été en mesure de fournir des informations pouvant aider l’enquête de la police néerlandaise sur le collaborateur néerlandais qui a conduit à l’arrestation.Il a expliqué que l’appel avait été pris par son commandant, le lieutenant SS Julius Dettmann, qui avait seulement déclaré que les informations provenaient « d’une source fiable ».Comme Dettmann s’était suicidé après la fin de la guerre dans un camp de prisonniers de guerre (Huis van Bewaring, Havenstraat 6, Amsterdam, Pays-Bas), la deuxième enquête a également abouti à une impasse.

Le gouvernement autrichien a déclaré que l’arrestation d’Anne Frank « ne justifiait pas l’arrestation ou la poursuite de Silberbauer en tant que criminel de guerre ». Néanmoins, la police de Vienne a convoqué une audience disciplinaire à l’encontre de Silberbauer.Parmi les témoins figurait Otto Frank, qui a déclaré que Silberbauer « n’avait fait que son devoir et s’était comporté correctement » lors de l’arrestation.Otto Frank a cependant ajouté: « La seule chose que je demande, c’est de ne plus avoir à revoir l’homme« .  En conséquence, le comité de révision de la police a exonéré Silberbauer de toute culpabilité officielle.Sa suspension impayée a été levée et la police de Vienne l’a assigné à un travail de bureau au « bureau d’identification » ou à Erkennungsamt.

L’inspecteur Karl Joseph Silberbauer décède à Vienne le 2 septembre 1972. Il est enterré au cimetière Mauer Friedensstrasse où son épouse Barbara est également enterrée.

____________________________________________________________________________________________

  1. Maître-Sergent
  2. Lieutenant
  3. BND
  4. Kripo

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*