Notre Dame de Paris au coeur de l’histoire de France.

Copyright Poongraphy

Après l’évènement tragique qui a touché la cathédrale Notre-Dame de Paris lundi soir, détruisant sa flèche érigée par Eugène Violet Leduc, quelle est son histoire ? Son histoire est une véritable épopée, pionnière de l’architecture gothique de la première moitié du douzième siècle.

La construction de Notre-Dame, débute en 1163, elle se veut belle et audacieuse. On ne s’en doute pas car ne se voyant pas l’oeil nu, mais l’édifice est asymétrique jusqu’à la base de ses tours. Une raison à cette asymétrie selon les historiens serait ses fondations. Le chantier est expérimental et novateur. Les matériaux utilisés sont le plomb, le verre et bien sûr la pierre. Elle pratiquement intégralement recouverte de couleurs et cela pas uniquement pour des raisons d’esthétique mais pour mieux la préserver. 

Au treizième siècle la Cathédrale Notre-Dame domine tout Paris. Elle est liée aux rois de France comme semble en témoigner la galerie des rois sur sa façade qui fut restituée au dix-neuvième siècle. Il y en a 28, serai-ce les rois de France ? On peut le penser.

A la Révolution elle est détériorée et reste dans un piteux état jusqu’à ce ce que Victor Hugo change son destin grâce à son roman. Ce qui la rend la plus célèbre de France en 1831. C’est en 1845 qu’Eugène Violet Le Duc et Jean-Baptiste Lassus engagent la restauration entière de Notre-Dame, de façon médiévale. Ils restaurent notamment la façade. C’est Eugène Violet Leduc qui érige la flèche plus haute que celle du Moyen-Âge qui avait été démontée au dix-huitième siècle. Il entoure cette dernière de statues en cuivre représentant les 12 apôtres. Il se représente lui-même en Saint Thomas, le patron des architectes qui regarde son oeuvre. La charpente de la flèche est réalisée par les Compagnons autour de l’architecte. C’est alors une cathédrale médiévale idéalisée. Eugène Violet Leduc procède également à la restauration des chapelles en s’inspirant des techniques moyenâgeuses. Ainsi pouvons-nous dire que l’architecte parachève le Moyen-Âge. 

Le 18 mai 1804, Napoléon 1er est sacré empereur à Notre-Dame de Paris, l’édifice devient un « temple national ». Au siècle suivant la République rend hommage à ses héros en ce lieu. Le 26 août 1944, le Général de Gaulle choisit d’entendre le Te Deum de la Libération à la cathédrale qui, ce jour là plus que jamais, est au coeur de l’Histoire. 

A la mort du Général de Gaulle,  en 1970, Georges Pompidou décide de rendre un dernier hommage au premier Président de la Cinquième République. Ainsi l’édifice renoue avec les traditions monarchiques, bien que l’État le Clergé soient séparés.

Désormais Notre-Dame est un monument national avec ses treize millions de visiteurs par an. 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*